JOURNÉE-MONDIALE-PLANÈTE-TERRE

Share

Nous voici trois jours avant la journée internationale de la PLANÈTE TERRE, le 22 avril, pour MÉDITER, PRIER et lui rendre le culte de la VRAI AMOUR et du GRAND RESPECT en voulant bien prendre soin d’ELLE, et combattre la violence qui se fait sur presque toutes les couches de notre société; surtout le monde de la pauvreté sur beaucoup d’aspects. 
Le premier outil pour combattre cette violence sociale c’est la: 

 
BONNE ÉDUCATION

PENSÉE-CARÊME-MÉDITEZ-6

Share

Tout ce qui a été questionné, médité et réfléchi nous donnerait cette conclusion : que le MONDE des CIEUX et le MONDE TERRESTRE, ne sont pas séparé l’un de l’autre mais se trouveraient plutôt sur deux couches de VIE  différentes comme la vidéo vous a montré avec la pomme et sa duplication, donnant l’impression à premier coup d’œil, qu’il n’y avait qu’une seule pomme lorsqu’il y en avait plusieurs. Et que chaque pomme dupliquée se trouvait sur une couche différente les unes des autres sans que toutes modifications de l’une des couches n’affectent les autres tout en demeurant unique par rapport aux autres.

Le MONDE TERRESTRE qui est un monde en évolution avec des changements continuels sans affecter le MONDE des CIEUX est ce qui le rend unique et différent.

 

PENSÉE-jour-11

Share

Aujourd’hui le GRAND JOUR d’une scène de VIE qui nous présente la laideur de tous et de chacun avec la PASSION du CHRIST.

La PENSÉE du JOUR  10 nous conduit à ce GRAND NOUS qui se trouverait écrit dans la Torah, dans l’Évangile et dans le Coran sans avoir  trop compris ce que ça représente. Alors voilà ce que le tableau vous présente : sa SOURCE. 

Ce NOUS n’a pas intervenu durant la PASSION du CHRIST pour rendre ce CHEMIN à la CROIX, facile à vivre cet abattage cruel et laid à voir, parce que c’est la chose qui devait être faite : démolir l’IMAGE et montrer la PURETÉ de L’AMOUR VRAI, détaché et LIBRE comme la goutte d’eau sur la feuille du LOTUS.

Alors aujourd’hui, cette nuit, toute la journée du SABBAT jusqu’au dimanche matin, c’est la GRANDE SOUFFRANCE et la LAIDEUR qui conquiert la mort pour donner toute la place à la VIE et à la

                          GLOIRE de la RÉSURRECTION. 

                          ALLÉLUIA!  ALLÉLUIA! ALLÉLUIA !

 

PENSÉE -jour-10

Share

Les Écritures Saintes parlent d’un PARADIS où résiderait le PÈRE ÉTERNEL. Ceci n’a jamais été clair à savoir ce que ça pouvait bien être et où. C’est en se connaissant soi – même que nous finirons par tout savoir. Comment faire pour se connaître ? Ce nous l’a été dit par les GÉANTS  SAGES de LUMIÈRE qui nous ont tout dit. 

 

Carême-7

Share

Rendu à la Croix, la PENSÉE et la RÉFLEXION du CARÊME va couvrir le 12 e, 13 e, et le 14 e STATION : la MORT sur la CROIX, la DESCENTE du CORPS de la CROIX et la MISE au TOMBEAUX.

Maintenant que nous continuons, rendu à la Croix, la scène nous décrit bien que JÉSUS le CHRIST a remis son ÂME, son dernier souffle entre les mains du GRAND ESPRIT CRÉATEUR avec son ESPRIT conscient avant qu’IL soit mis à mort avec la lance. Ce qui devant ce même ESPRIT CRÉATEUR, éviter que soit commis le meurtre, le crime. Aussi le PARDON y a été demandé dans tout son état d’esprit conscient. Le moment où le cœur a été percé, l’Apôtre Jean nous dit bien qu’il coula du sang et de l’eau. Je me suis toujours dis que cette eau, était les pleures de la Sainte Vierge la MÈRE.

Malheureusement, l’histoire a pensée que ce serait bon d’oublier Judas d’Iscariote, qui a aussi souffert son crime. Il serait retourné au Cénacle, poussé par la force des tourments et a cogné à la porte au moment où Jésus se faisait juger par les différentes personnes d’autorité. Et c’est Marie la MÈRE qui était venue lui ouvrir la porte. Lorsqu’ELLE a vu que c’était Judas, ELLE a ajusté son état d’esprit pour lui donner la chance de demander pardon pour avoir commis le crime. 

Cette partie inédite de toute cette passion, est peut – être aussi importante que les autres plus connues, pour nous montrer comment l’AMOUR VRAI dans son aspect féminin, peut nous dire que la FEMME a aussi le pouvoir de PARDONNER. Voilà comment la VIE nous fait voir l’égalité de l’HOMME et la FEMME dans la différence. Malheureusement, à l’offre du pardon que Marie lui a offert, Judas a refusé. Juste là, toute une MÉDITATION pourrait être abordée pour savoir si le PARDON exige un certain état de conscience pour le recevoir. Par après, Marie est retournée dans son compartiment au Cénacle jusqu’à temps que les Femmes soient venues la trouvée et pas longtemps après Jean pour la conduire à son Fils, Judas, lui, a continué souffrir sa crise des tourments en allant trouver le vêtement du CHRIST plein de sang, là où Jésus a souffert son agonie, pour ensuite s’en aller se pendre. Ce qui a été fait, à la même heure que Jésus rendit son ÂME. Ç’a été voulu que le suicide soit fait avec la corde au cou, pour pas que son sang tache la TERRE de son crime.

C’est au moment où Jésus rendit son ÂME qu’il y eu un gros tremblement de terre, ce qui a fendu le rock de la montagne pour que lorsque son cœur fut percé, ce qui a permis au sang et à l’eau de couler mystérieusement en faufilant le bois de la CROIX, et la paroi de la roche fendue pour se rendre sur l’ARCHE de l’ALLIANCE qui serait en dessous de ce pied de la CROIX pour que le PARDON de la faute, soit pardonnée. La rumeur des temps modernes supporterait l’idée que l’ARCHE se trouverait là, caché dans la montagne où tout cela devait être accompli.

C’est un évangile apocryphe de Nicodème qui dit que le bois de la CROIX serait le même bois de la fontaine Siloé dans lequel l’aveugle de naissance a été guéri à Jérusalem. Ce bois viendrait de l’ARBRE de VIE du Jardin d’Éden dont sa semence aurait été déposé dans les restes du VRAI ADAM par l’Archange Michel, de lesquels un arbre serait poussé pour produire de ce bois et que le roi Salomon aurait construit la fontaine de Siloé… Tout cela semblerait dire que le GRAND NOUS aurait participé à la réalisation de toute cette Histoire Sainte et assurer que tout soit accompli.

Il ne faut pas oublier la scène du tremblement de terre qui a ouvert les tombeaux des morts qui attendaient cette résurrection à la VIE et que ceux-ci qui s’en ont pris après ceux qui se trouvaient au Calvaire à faire leurs fouleries d’insultes, de blasphèmes, de mauvais reproches etc., ont pu leur donner la peur dans le corps, en même temps que les rideaux du TEMPLE qui ont déchiré. Un moment très sombre qui s’est déchaîné. En racontant tout ça, beaucoup de gens pourraient penser que cette histoire n’est rien d’autres que des comptes de fée. 

_________________________________________________________

Tout en continuant la réflexion sur le Vrai Acteur ADAM qui dans toute cette Histoire Sainte, a traversé le temps et l’histoire de notre humanité avec la VIE qui est en évolution, ça nous conduit au détachement du CORPS pour le remettre à la MÈRE. Comme l’après – midi avança la fameuse statue ou peinture de la Sainte Piéta qui nous montre Marie avec son Fils sur ses genoux, il serait à savoir où ç’a eu lieu : au pied de la CROIX ou au Tombeau. Quelque chose a pris place au moment de la mort du CHRIST sur la CROIX: la GRÂCE DIVINE, ce que Marie était en CHAIR et en OS, Jésus l’avait de besoin pour ressusciter son corps. Donc, Marie se trouvait vivante qu’avec la chair humaine.Cette GRÂCE DIVINE qui lui a permis de passer à travers toute cette tribulation, Elle ne l’avait plus. Quelle souffrance que cet état de VIE pour une durée de 24 heures a été pour Elle de vivre pendant ce qu’était la journée du Sabbat. Une fois que tout cela fut terminé, avec le corps embaumé, ç’a nous laisse seul avec le deuil de tous ceux et de toutes celles qui l’on connu de proche ou de loin avec une attention toute particulière sur celui de la MÈRE.

_________________________________________________________ 

La chose à souligner et la question qui se pose : une fois l’ÂME remis entre les mains du GRAND ESPRIT CRÉATEUR, le PÈRE TOUT PUISSANT, Jésus avait parlé à celui qui se trouvait sur l’une des deux croix, celui qui lui avait demandé de se souvenir de lui, lorsqu’IL ira dans le PARADIS, en lui disant : “aujourd’hui même il entrerait dans son ROYAUME”. Ç’a tout l’air qu’IL aurait pris son repos SABBATIQUE, dont LUI seul le saurait et c’est cette partie de sa VIE qu’IL n’a pas voulu rien dire ou révéler, même pas à Maria Valtorta, l’écrivaine mystique.

Continuons notre MÉDITATION sur la souffrance de la Ste VIERGE la partie oubliée de toute cette histoire. Marie était retournée au Cénacle avec Marie de Magdeleine et Jean dans son compartiment dans l’état d’esprit qu’Elle était. . Pierre n’était pas encore revenu et les Apôtres parties un peu partout, plus tard seraient allés se retrouvés chez Lazare, à qui Jésus lui avait confié de prendre bien soin d’eux autres. Ne pas oublier sa parenté proche qui était venu de Nazareth, les fils du frère de Joseph donc les neveux de Marie. C’est ici que Maria Valtorta nous fait voir le rôle d’une MÈRE envers les Apôtres que Jésus a choisis et avec ses cousins qu’IL aurait grandi avec. Avec cette douleur de la séparation, Marie questionna Jean sur Pierre, sur ses neveux, ainsi que Judas. Encore là, l’AMOUR VRAI n’a exclus personne.

À mesure que le temps avançait, les événements continuaient de faire place avec le Romain qui était venu apporter la lance, les clous la couronne et le roseau de fouet. Plus tard, ç’a été Véronique qui était venue apporter le linge avec la Sainte Face imprimée dessus ayant un sourire, ce qui pourrait différencier celle connue en image conventionnelle que l’histoire du Christianisme a gardée de LUI.              C’est ici que se fait voir la PROVIDENCE DIVINE jouer son rôle dans les scènes de VIE comme celui – là qui s’est déroulée. Dans ce cas – ci, ç’a été la consolation de Marie par le sang du visage imprimé sur le tissu. Pour Elle c’était la PRÉSENCE le plus proche du CHRIST. Lorsque le Sabbat fut terminé il fallait passer toute la nuit du dimanche dans cette souffrance qui a été long à souffrir sur quoi le TRIDUUM PASCAL peut – être MÉDITÉ jusqu’au lendemain de PÂQUES dont je vais terminer tout ce CARÊME ici. 

BONNE MÉDITATION.

 

QUESTION-CARÊME-MÉDITEZ-6

Share

En ce 40 ième jour du CARÊME, il serait bon de garder en esprit comme conclusion aux QUESTIONS-CARÊME-MÉDITÉES / posées, la suivante:  il n’y avait que cette CONSCIENCE PURE UNIVERSELLE, la PENSÉE / PAROLE puisque Moïse recevait en instruction ce qu’il devait faire et dire à la communauté Israélite donc, un dialogue; avec cet air, comme SOUFFLE de VIE et en tant que matière, comme FORCE de VIE.

Alors quel excuse avons nous pour ne pas suivre ce qui nous a été prescrit de suivre en COMMANDEMENT de VIE au lieu des lois, pour faire une belle VIE sur TERRE ? Ces COMMANDEMENTS de VIE devraient être vu comme une recette à suivre et non pas des lois d’esclavage.comme la religion aux têtes orgueilleuses et ignorantes en a fait sur le dos des gens au nom du pouvoir de vouloir tout contrôler.

 

PENSÉE-Jour-9

Share

 

Maintenant que l’histoire semble dire que dans la boîte que Moïse a bâtie, il y avait autre chose que seulement de l’air qui parlait à Moïse. Aussi, le MONDE DES CIEUX, qui a été créé en premier avec le PÈRE  ÉTERNEL installé dans son PARADIS sans trop savoir ce qu’IL pouvait bien ressembler; ce que personne de toute l’histoire des personnages divins qui soient venus nous apporter de la LUMIÈRE dans notre monde fragile. lorsque la violence domine sur la PAIX, ne nous a rien  dit de cela.                                                                                                             C’est rien d’autre que la CONSCIENCE UNIVERSELLE QUI a décidé de se faire connaître et de réaliser sa PROMESSE faite à ADAM et ÈVE. C’est cette CONSCIENCE UNIVERSELLE personnifiée dans toute sa PURETÉ en tant que le PÈRE en se faisant l’IMAGE : l’ÉNERGIE CRÉATIVE du SOUFFLE de VIE + la MATIÈRE sans forme, qui aurait créé le MONDE des CIEUX,comme première CRÉATION. Il n’y aurait pas d’autre chose à dire sur ça. Ce serait la RÉALITÉ ABSOLUE dont rien ne pourrait changer ÇA… 

Carême-6

Share

Rendu en ce bout de chemin avec le Chemin de la Croix, la PENSÉE et la RÉFLEXION du CARÊME va couvrir le 7e , 8e, 9e,10e, 11e STATION : LA DEUXIÈME CHUTE, LA RENCONTRE avec les FEMMES, LA TROISIÈME CHUTE, LE DÉPOUILLEMENT des VÊTEMENTS et CLOUÉ sur la CROIX .

Maintenant que nous continuons sur le Chemin de la Croix, le CHRIST fait et vie sa deuxième chute cette fois – ci plus dure que la première chute. La cause principale de cette chute, IL se trouvait courbé sous le poids de la croix, ce qui faisait traîner le bas de sa tunique par terre et le mouvement de son corps avec l’effet de l’ébranlement de la croix qu’IL traînait dans la rue faite des pierres inégales l’uns entre les autres, qui traversait la ville, alors un moment donné, IL piétine son pieds sur la tunique; ce qui le fit chuter sur ses deux genoux, sous le poids de la croix qui tombe sur LUI.

Tout en continuant la réflexion sur l’Acteur qui dans son apprentissage de ce qu’il va vivre avec le personnage qu’il a choisi de vivre est bien réussi, il faut qu’il passe à la production s’il veut que l’histoire soit filmée et réalisée. Que ce sois une profession, une carrière, un métier, une mission, cette partie de la vie peut être très lourd à porter comme croix, (https://fr.wikipedia.org/wiki/Vraie_Croix), (lien / référence), même si l’Acteur aime ce qu’il a choisi de faire. Malgré la charge très lourd que cette croix / cette productivité peut paraître à porter, en revenant à la PASSION du CHRIST : ce JE SUIS – le CHRIST / VRAI ACTEUR nous montre comment et combien IL peut tout surmonter avec son ÂME – ACTRICE / LA MÈRE NATURE DIVINE que ce TEMPLE SURNATUREL et DIVINE est en INTELLIGENCE, en source d’ENDURANCE et en PUISSANCE à faire tout ce que ce JE SUIS – le CHRIST / VRAI – ACTEUR décide de faire avec la chair humaine / le personnage qu’IL a choisi de vivre sa VIE. Pourtant c’est la même croix. Lorsque tout va bien est lorsque la croix se porte bien, mais lorsque les choses sont difficiles et que ça roule pas si bien, c’est en ces moments – là, que la fatigue peut nous faire trébucher à faire des faux pas, des erreurs et c’est en ces moments – là que le mérite de se relever devient une expérience qui solidifie, qui augmente la capacité de se dépasser.

___________________________________________________

Avec la rencontre des FEMMES, d’abord il faut expliquer qui étaient ces FEMMES. Lors de sa deuxième année de VIE publique que le CHRIST était en train de vivre, Marie sa MÈRE, avait décidé de le suivre comme disciple avec toutes les FEMMES de parenté et de proche de qui le CHRIST leur avait rendu des faveurs. Lorsque Jean était allé chercher la MÈRE au Cénacle, plusieurs de ces FEMMES se trouvaient là, avec la MÈRE et sont toutes venues ensemble suivre le CHRIST, sur le Chemin de la CROIX. En les voyant pleurer, IL a cherché à les consoler en leur demandant de ne pas pleurer pour LUI mais de le faire sur leurs enfants de ce que la ville allait subir un peu plus tard comme jugement et punition. Pour ce qui est de leur vie de disciple, les quatre Évangiles ne dit pas grands choses sur elles. Déjà, on croirait de la dispute entre les hommes et les femmes. Ils et elles vivaient ensembles lorsque les rencontres s’occasionnaient, parce que la plupart du temps les Apôtres étaient souvent sur la route avec le CHRIST tandis que les FEMMES se trouvaient souvent avec la MÈRE pour s’occuper des besoins des Apôtres, en vêtements, en provision aux moments des rassemblements. Déjà là, l’entretient des vêtements était une grosse tâche comme travail. Les écrits de Maria Valtorta en dit beaucoup sur le rôle de la FEMME et la VIE de disciple qui ressemble beaucoup ce que les religieuses vivent dans les couvents aujourd’hui, ce que la MÈRE aura transmis aux FEMMES Disciples qui se tenait souvent avec ELLE. Je reviendrai plus tard sur les valeurs que la FEMME Disciple, peut jouer dans une société, dans une communauté et surtout dans un foyer, dont la MAISON est vue comme le TEMPLE de la FAMILLE, où le mari qui a travaillé très fort pour apporter le support financier et matériel pour faire vivre la famille se doit d’avoir un endroit rempli de confort.

___________________________________________________

Après avoir relu le Chemin de CROIX que Maria Valtorta l’Écrivaine mystique nous décrit, le chemin qui fait un détour de la pente raide qui monte la montagne était un chemin moins raboteux, plus battu par les gens qui le prenaient pour éviter la pente raide, tandis que celui qui a traversé une partie de la ville fait de roches pas tellement égales que ça faisait secouer la croix de bois sur son épaule et le panneau de bois qu’IL portait au cou qui ballottait par son déplacement de son corps un peu ébranlé, avec sa tunique qui traînait par terre en avant de ses pieds, dont IL s’était enfargé à lui faire sa deuxième chutes sur ses deux genoux. La troisième chute était causée par un effondrement sous le poids de la fatigue et de l’puisement de ses forces. Avec toutes ces secousses, ça faisait saigner son corps de ses blessures, en plus de la fièvre bien installée,ce qui avait inquiété le centurion Longinus, qui se faisait dire par les prêtres du TEMPLE qui suivaient la procession, qu’IL ne devait pas mourir en route avant qu’IL soit mis en croix. Alors en voyant le CHRIST vraiment écrasé sous le poids de la croix de sa troisième chute, il avait peur qu’IL ne soit pas assez fort pour faire la pente raide, là, où des routes se croises pour contourner cette bute raide que beaucoup de Juifs prenaient souvent, même si c’était plus long pour le parcourir; c’est le chemin qui lui paraissait le plus sûr. C’est ce détournement et par ce bout de chemin que l’homme des champs se trouvait avec ses fils et un chariot plein de verdures qu’ils charriaient. Le centurion qui l’a perçu a vu comment il était fort physiquement et l’a menacé de mauvais traitement s’il ne donnait pas un coup de main avec la croix. C’est incroyable de voir comment les humains aiment de déformer le vrai de l’histoire pour détourner l’image que la vraie histoire reproche de ce qui est vraiment arrivée. D’après l’écrivaine mystique, les détails qu’elle nous décrit est loin de ce qu’on nous a fait accroire.

___________________________________________________

C’est plutôt en parcourant ce détournement que le CHRIST a reçu son coup de main par l’homme des champs, après avoir parlé aux FEMMES Disciples qui L’ont suivi durant deux années de sa VIE publique de son meilleur vivant. En ce jour de cette procession, il faisait un gros soleil de plomb du plein midi, que ces FEMMES Disciples qui ont suivi la procession avec la MÈRE avaient choisi ce côté de la montagne qui donnait de l’ombrage parce qu’elles portaient leur grand manteau avec leur visage couvert, contre les juifs qui leur criaient de mauvaises paroles parce qu’ils pouvaient voir l’AMOUR qu’ELLES avaient pour le CHRIST QUI s’en venait vers eux. Parmi tout ce bordel de la foule, la MÈRE cherchait aussi à s’approché de son FILS. C’est en ce moment que tout s’est passé entre la RENCONTRE avec la MÈRE et l’AIDE du CYRÉNÉEN, lorsque celui – ci a vu cette rencontre entre les deux : la MÈRE et le FILS et le côté humain de cette affection que l’homme fort des champs a eu une pitié de libérer le CHRIST de sa CROIX pour que les deux personnes puissent se communiquer encore plus de cette affection consolante entre une MÈRE et un FILS. À la lumière de tous ces détails, le CHRIST se serait rendu au toit du Calvaire avec la CROIX portée par le Cyrénéen. Ensuite le DÉPOUILLEMENT a été la scène qui a fait suite.

Dans ce DÉPOUILLEMENT des VÊTEMENTS, les détails de la scène est centré sur la nudité, dont le CHRIST s’est tourné du côté qu’il n’y avait personne et que la MÈRE s’en avait aperçu et tout de suite ELLE passe à Jean, son voile qu’elle avait sur ELLE pour qu’il le donne au soldat et couvre la taille de son FILS avec. Une fois dépouillé, IL se déplace sur la CROIX pour se faire clouer. Son comportement a été fortement été différent de celui des deux prisonniers qui se débattaient un peu.

___________________________________________________

Là, c’est la scène de la crucifixion. La troisième souffrance de toute la PASSION. La CROIX était déjà faite avec les trous dans le bois. Étendu sur le bois de la croix, deux soldats s’étaient assis sur la poitrine de son corps ce qui a ré ouvert toutes les plaies de son dos à les faire saigner encore une fois. L’un de ces deux a planté le premier clou dans le poignet, la partie avant la main pour que ça tienne mieux dans le trou de la croix et l’autre, parce que ça ne se rendait pas dans le trou, le soldat a été obligé de tirer le corps pour que ça se place. Ce clou a été planté dans la main. Au premier clou le CHRIST a lâché son cri de douleur. Se rendant compte que sa MÈRE a tout entendu et tout senti comme si que ce lui avait été fait à ELLE aussi, pour tout le reste, IL s’est retenu, mais la MÈRE a tout senti pareil. Une fois cloué, il fallait traîner la croix ce qui la secouait, ça faisait secouer son corps et les plaies qui se faisaient saigner encore plus. Tous ces petits détails encore plus, IL nous démontre comment IL a aimé son corps avec un esprit complètement détaché, que malgré tout cela que ça LUI a été fait son AMOUR VRAI n’a pas changer, IL est resté le même; ce qu’IL a voulu nous faire voir en démolissant ce corps dans la laideur incroyable, que lorsqu’ils en ont fini après avoir tout fait ce qui LUI a été fait, IL ne ressemblait plus a un humain mais à un corps pire que la lèpre. La CROIX qu’IL a portée et a trébuché trois fois avec était ce grand détachement qu’était cette AMOUR qu’IL a eu de vivre une expérience complète avec dans cette chair humaine qu’IL devait nous montrer ainsi que sa MÈRE. Ceci nous conduit au TRIDUUM PASCALE.

Continuons notre CARÊME jusqu’au tombeau… BONNE MÉDITATION.

PENSÉE-Jour-8

Share

Comme nous acheminons le CARÊME de 40 jours solides, voici la PENSÉE du Jour – 8 avec d’autres à suivre pour vous conduire avec cette mise à jour de tout ce qui est à savoir sur la GRANDE CRÉATION, et vous dire que Moïse est une personne qui a fait son histoire avec l’Égypte et Israël. Le voici devant une boîte qu’il a construite, parce qu’il a été connu pour être un architecte bien renommé et hautement estimé par son père adoptif, le Pharaon d’Égypte de son temps, et que CELUI QUI a libéré le peuple d’Israël de l’esclavage, habite en attendant que ce peuple choisi perfectionne leur corps de chair qu’IL veut habité ÉTERNELLEMENT; ce qui est le PLAN du grand NOUS mentionné dans la Genèse, dans l’Évangile de Jean et dans le Coran qui est en train de s’accomplir. 

Dans cette boîte, il n’y avait que de l’air. Est-ce l’air peut enseigner une moralité à quelqu’un? Il n’y avait pas de BRAHMA, ni de VISHNU, ni de SIVA présent dans cette boîte, pour ne pas dire que ces BONNES PERSONNALITÉS DIVINES n’existaient pas; ce n’est pas cela qui était voulu. Alors QUI est – ce que ça pouvait bien être? Sinon, la CONSCIENCE UNIVERSELLE PURE et ABSOLUE; personne ne pouvait toucher cette boîte, même pas Moïse sans faire un rituel quelconque que cette EXISTENCE ABSOLUE lui prescrivait de faire pour que cette PURETÉ EXISTENTIELLE ne soit pas dérangée. 

Voilà tout ce que la communauté Israélite s’était engagé de suivre pour assurer que cette PRÉSENCE PURE soit conservée et gardée parmi eux autres. Ceci n’a rien à faire avec tout ce que les autres peuples de la Terre se trouvaient à faire avec leur culture et leur façon de vivre. Cette EXISTENCE PURE s’en foutait bien raide, aussi longtemps que ce qui pourrait ne pas être trop catholique (une expression), se rende à LUI. Pas parce qu’IL condamnait de tels comportements non plus. IL voulait demeurer dans toute sa PURETÉ et dans toute sa PUISSANCE.  Ç’a été cette exigence que l’ALLIANCE conclue avec le peuple, a été promis par les Israélites jusqu’à temps que cette EXISTENCE PURE se matérialise un CORPS de CHAIR PURE et PARFAIT sans faute pour que CELUI QUI a créé le VRAI ADAM et ÈVE puisse naître dans ce monde et expier la faute qui a été commise par le VRAI ADAM et ÈVE et accomplir cette PROMESSE qu’IL a fait à ce VRAI ADAM et ÈVE; ce qui a été fait avec la naissance du CHRIST qui est toute cette grande fête que nous célébrons avec la PÂQUES, qui est l’abattage de l’AGNEAU sans tâche. Donc, la faute et tout ce que ça fait comme séquence sur la progéniture a été pardonné et corrigé pour que nous retournions tous dans notre chez – nous en faisant tout ce qui nous a été dit de faire par l’EXEMPLE PARFAIT qui nous a été donné comme HÉRITAGE, ce que le MESSIE nous a laissé. 

Avant de continuer, prenons le temps de  nous faire une BONNE IMAGE de ce que je viens de vous avancer avec ce que je viens de vous écrire en tenant dans votre mémoire le nom de Van que je vous ai fait connaître depuis le début de tout cette mise à jour. Un nom qui n’existe nul part, ni dans la Torah, ni dans les Évangiles, ni dans le Coran mais connu pour être cette ville que je vous ai expliquée qui existe bien sur la carte du monde même aujourd’hui. C’est tout cela qui occupe ma PENSÉE MÉDITÉE et bien RÉFLÉCHIE; et je n’ai pas de problème avec ça.

 

Est – ce que vous me suivez ?  BRAVO !