Ma sœur Carmelle

Share

Une Relation Première avec ma sœur décédée, ça fait déjà 18 ans cette année.

Voici une première relation que j’ai connue avec ma sœur décédée : Carmelle LeBlanc, durant le mois d’août 2002, un mois après ses funérailles. J’étais de retour des funérailles et seul avec mes deux parents : Joseph et Anna LeBlanc, maintenant décédés aussi, depuis 10 ans et 13 ans. C’était la période fraîche durant laquelle je pouvais sentir la grosse peine que ma mère se trouvait en train vivre et que rien ne pouvait être fait sur le moment même que j’étais là.

Comme je savais que ma sœur décédée, avait appris dans son vivant comment utiliser son mental pour faire bouger des choses de son mental intérieur, dans le monde physique telle que transmettre de l’énergie supportant à celui et celle qui se trouvait dans le grand besoin d’en recevoir. Je savais aussi dans mes pensées réflectives que ce n’était pas quelque chose de beau à voir : sa propre mère qu’elle a beaucoup pris soin durant son vivant à toujours la tenir occupée avec des coups de téléphones et à la faire visiter chez elle lorsqu’elle réussissait à les faire venir à Montréal pour les désennuyer… Mais dans une situation comme celle – là ma mère avait besoin une belle consolation, forte, ferme et vivante venant de son intérieur. Voilà que depuis quelques jours, il se promenait dans les airs de pensées, la difficulté qui se parlait au téléphone entre ma mère et ma deuxième sœur à propos l’anneau de mariage perdu appartenant à ma sœur décédée Carmelle : ” Elle n’arrivait tout simplement pas à le trouver. ” Imaginez que l’idée de faire appel au don de la Bonne Croyance et au grand pouvoir d’imaginer quelque chose : ‘de croire que ma sœur décédée, même si je ne la vois pas, elle était capable d’être là de son monde invisible à elle, là où elle pouvait se trouver.’ Alors j’ai tenté de faire l’expérience et d’explorer les effets d’un tel geste : de me rendre dans le salon et de croire qu’elle est assise dans la chaise antique avec le dossier et le siège couvert de velours de couleur vin. Je lui ai dit ce qu’elle devait faire avec son mental intérieur, là où elle savait comment se recueillir et alimenter un entretien avec CELUI qu’elle aimait prier. Je lui avais dit de lui demander de bénir son petit voyage dans le temps pour aller voir le moment que ma deuxième sœur avait vu son anneau d’alliance : qui était dans l’église où elle a eu ses funérailles et de la suivre jusqu’au moment où elle l’a perdu. Je savais par expérience que ce genre d’exercice mental pouvait prendre un certain temps à faire. Alors je lui donnais au moins une journée pour le faire. Ce n’a pas été long que ma mère reçoit un coup de téléphone dans le courant de l’après – midi de ma deuxième qui se trouvait dans la maison à Senneville de ma sœur décédée pour lui annoncer la bonne nouvelle d’avoir trouvé l’anneau d’alliance de mariage. Wow ! J’avais trouvé tout cela vite fait; ce qui me donnait comme point de référence : ‘le temps n’est pas la même sensation dans son monde à elle que dans le nôtre monde physique. C’est là que j’ai aussi vu qu’il y a eu un bon contact entre moi et ma sœur décédée. Ceci m’a poussé de refaire la même chose et de lui dire ce qu’elle pouvait essayer faire pour consoler ma mère c’était de lui faire vivre un beau rêve plein de réconfort.

Voilà que je me suis rassis dans la même chaise du salon et je lui ai expliqué ce qu’elle devait faire. J’ai fait cela la journée suivante pour donner la chance à la bonne nouvelle de faire son chemin. Au même moment de la journée qui a suivi celle – ci, je me rassois dans le salon et lui explique l’exercice mental et encore une fois, j’allais lui donner une journée pour travailler mentalement sur cet exercice pour que le déclenchement ait lieu. Voilà que la nuit passe et que dans l’avant – midi ma mère téléphone mon frère du Shediac Road pour lui raconter le beau rêve qu’elle a eu de sa fille Carmelle qu’elle a vu dans son rêve au pied de son lit avec sa fille Gilca que ma sœur décédée avait perdue de sa première accouchement. Elle était toute grande et dépassant l’âge de son premier garçon Sacha. Elle parlait au téléphone avec une voie toute consolée et réconfortée une sorte de guérison intérieure au deuil douloureux qu’elle vivait.

Tout cela fait, tout cela dit, j’ai gardé toute ces choses dans le silence, jusqu’à temps que j’aie écrit dans mon autobiographie / biographie que le Site Web pour la Planète Terre Olympique.org / Planète Terre Olympique vous en dit plus avec détails qui a besoin d’être traité, corrigé et traduit et peut – être en ajouter plus là où ce sera nécessaire. Parce que je ne suis pas un écrivain professionnel il y a tout cela qui aura besoin d’être fait surtout que je n’ai pas l’argent que ça va coûter pour le faire faire. C’est pourquoi je présente l’idée dans Site Web d’en faire un concours.

Voilà un autre petit quelque chose à vous faire réfléchir… À suivre !

Originalement publié le 6 août 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Êtes-vous un humain ?