SOLSTICE_SOLEIL_ÉTÉ_2020_NEUVAINE_JOUR_1

Share

Nous voici rendu à la dernière semaine du printemps pour passer à la belle saison d’ÉTÉ dont ça va être beaucoup différent à cause de la COVID – 19 qui fait plus peur à tout le monde que d’autre chose à garder tout ce monde dans l’ignorance de tout ce que devrions connaître sur les grands mystères du corps lorsqu’il question de survie, donc une facilité pour mieux contrôler une telle population et montrer encore une fois cet orgueil du pouvoir plutôt que de réveiller en chacun de soi une écoute humble à ce que la MÈRE NATURE et l’AUTEUR de la VIE qui nous habite, essaie de nous dire à travers tout ça et tout ce qui se trouverait caché dans les profondeurs de notre EXISTENCE PHYSIQUE, MENTALE, SURNATURELLE / SPIRITUELLE et bien sûre notre EXISTENCE DIVINE….

Eh bien, à travers cette CRÉATION, surtout dans le royaume des animaux, l’AUTEUR de la VIE nous montre comment l’intelligence que l’éléphant a pour survivre les grandes épreuves de la VIE, qui dans bien des cas très sévère, il réussi à surmonter ces grandes difficultés. L’éléphant se trouve à avoir deux systèmes de défense devant tout ce qui se présente en avant de son parcour de VIE : il a sa trompette pour se nourrir et ses deux grandes cornes pour se défendre contre l’ennemis agresseur.

Dans le culte Hindouiste, cet éléphant est beaucoup vue dans les RITES de PRIÈRES pour activiter l’ÉNERGIE de cette intelligence animale qui porte beaucoup de fruits et de résultats qui est celui d’enlever les obstacles ou les blocages de tout ce qui peut empêcher une personne ou une forme de VIE d’avancer. Ne pas oublier, que cet animal est merveilleusement connu pour avoir une très bonne et longue mémoire.  Alors la MÈRE NATURE qui nous parle à travers cette forme de VIE dans une situation exceptionnelle, comme celui que nous vivons maintenant, pourquoi ne pas y porter une attention et voir ce que nous sommes appelés à apprendre.

Prenons cette NEUVAINE pour prendre le temps de regarder et de voir ce qu’il y a à apprendre de cette LUMIÈRE NATURELLE que les Amérindiens (nes) ont longtemps appris dans leur 10,000 ans de culture avec cette MÈRE NATURE QUI  les a éducqués (es) sur une approche bien naturelle, pour avoir appris les grands secrets de la SURVIE aux moments de difficultés comme celui du nouveau virus.

La première question qui se pose: quel est la nature du problème que nous faisons face en ce moment ? C’est un problème de santé.  Il y a la version conventionelle de la santé publique qui ne fait rien d’autre que de semer la peur et de faire agiter l’esprit de tout le monde avec un stress assez lourd à endurer et à supporter tout en gardant un peu trop ce monde dans l’ignorance de notre EXISTENCE INTÉRIEURE. Ceci serait la trompette de l’éléphant, ce de quoi nous nous sommes nourri. L’autre option un peu plus naturelle et plus sûre : le JEÛNE, parce que tous les animaux le font dans leur état naturel; surtout chez certains troupeaux d’éléphants, lorsque leur corps se trouve en stress extrème de quelque chose, il font appel au JEÛNE. Sur notre plan humain, ceci serait les deux cornes,une défense naturelle de la survie contre le grand ennemis celui de l’ignorance et de l’orgueil du pouvoir erroné de la science qui se croirait savoir mieux que la MÈRE NATURE qui connait très bien nos capcités existencielles qu’ELLE nous a installées. C’est  ELLE qui a permis à ce troupeau d’éléphant dont il est question, dans certain coin du continent de l’Afrique, ils ont démontré la capacité de leur corps gigantesque de pouvoir endurer un temps assez imposant (deux à trois semaines sans manger et survivre ce stress). Ce qui voudrait dire que notre corps humain avec tous ses mystères inconnus à la science, aurait quelque chose à nous faire découvrir dont la MÈRE NATURE semblerait nous pousser à cette extrème situation pour nous faire apprendre quelque chose de merveilleux avec la VIE.

 Pourquoi ne pas explorer cette expérience : celui du jeûne ? D’entraîner le corps à endurer le jeûne accompagné de relaxation, pour ceux et celles qui connaissent le pouvoir de la PRIÈRE, eh bien de l’appliquer.

Quand – est – ce que ce serait l’idéal pour appliquer un tel exercice ? Le temps semblerait dire que le vendredi après la dernière bouchée du souper, de compter 24 heures jusqu’au souper du samedi soir. Ceci serait réservé qu’aux jeunes adultes et ++++  ( 20 ans  ++++). 24 heures n’est pas gros pour se donner du temps qui vous appartiendrait. Une telle répétition finirait par donner au corps une nouvelle habitude, une nouvelle endurance à vivre qui lui sera très bénéfique. Seulement l’expérience vécu vous le confirmera. Voilà une dernière élan de réflexion à vivre avant l’arrivée de l’ÉTÉ.