TRIDUUM-Bienheureuse-Mère-Marie-Léonie-Paradis-2

Share

Voici un tableau graphiste qui vous montre la maison familiale de trois familles qui l’a habitée et que la première guérison miraculeuses a été faite. La photo de ce jeune homme est cette personne qui a connu cette première guérison il avait 9 ans. Ç’a eu lieu, en 1904, lorsque la Bienheureuse était en visite chez le frère de mon grand – père Anselme, le père de cet homme, le premier né. 

La femme de son frère Adolphe, qui s’appelait Alice était une grande amie de la religieuse. Ce jour – ci, la religieuse était venue la visitée durant sa tourné pour fêter une occasion, dont elle était descendue là-bas de Sherbrooke pour ça. À l’entrée de la galerie d’en avant, elle entendait les cris de cet enfant de 9 ans, qui souffrait de l’inflammation des intestins, dont le docteur ne pouvait rien faire pour lui, il était condamné à la mort. En ce temps – là l’opération de l’appendicite ne se faisait pas ç’a tout l’air. Alors, la religieuse demande qu’on la conduise à cet enfant. Et sur le fait de voir l’enfant, elle lui dit que rien ne lui arrivera. En ce temps là, seulement la première partie de la maison qui fait la toiture de gauche à droite quand on la regarde était son chez – lui. Sur ces paroles dites, tout a été guéri sur le coup. Sa mère, ma grand – mère Dauphine Comeau, a envoyé son témoignage aux archives de la maison – mère des religieuses à Sherbrooke.

Le jeune enfant à joint l’armée pour la guerre mondiale de 1917 – 1918 dont il a connue. Plus tard dans sa vie, il a été le premier maire du village de Dieppe qui est  devenu aujourd’hui, la plus grande ville francophone du Nouveau – Brunswick. Voilà un bout d’histoire que cette Bienheureuse et ce jeune homme ont écrit dans les beaux souvenirs du village de Memramcook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Êtes-vous un humain ?